Volume de bois non récolté au cours de la période 2013-2018 – Une première phase des travaux complétée

Au cours d’une période quinquennale, il peut arriver que dans certaines unités d’aménagement, le volume de bois attribué ne soit pas entièrement récolté. C’est la raison pour laquelle, en vertu de la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier, il revient au Forestier en chef d’évaluer ce volume de bois non récolté et de le rendre disponible.

Dans une première décision rendue le 26 avril 2018, le Forestier en chef rend disponible un volume de 920 600 mètres cubes bruts de bois dont plus de la moitié fait partie du groupe SEPM (sapin, épinettes, pin gris et mélèzes). Ce volume de bois n’ayant pas été récolté au cours de la période quinquennale précédente est maintenant disponible pour la période 2018-2023. Réparti dans plusieurs régions du Québec, ce volume de bois pourrait, au choix du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, être laissés sur pied, être mis en marché par le Bureau de mise en marché des bois ou être vendu à une ou plusieurs usines de transformation du bois selon les taux fixés par le Bureau.

Les essences du groupe SEPM (sapin, épinettes, pin gris et mélèzes)

Un volume de 643 600 mètres cubes bruts de bois du groupe SEPM non récolté pendant la période précédente est dorénavant disponible pour la période 2018-2023. Ce volume de bois se trouve dans différentes unités d’aménagement situées dans les régions de la Gaspésie, de Lanaudière, des Laurentides, de la Mauricie et de l’Outaouais.

 

 

Peupliers

En ce qui concerne les peupliers, le Forestier en chef rend à nouveau disponible un volume 277 000 mètres cubes bruts de bois. Ce volume de bois est réparti dans quelques unités d’aménagement situées dans les régions du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de l’Outaouais et des Laurentides.

 

 

La pérrenité de la ressource forestière et son aménagement durable : au coeur des décisions du Forestier en chef

Dans sa décision rendant à nouveau disponibles les volumes de bois non récoltés lors de la période quinquennale précédente, le Forestier en chef doit s’assurer de ne pas compromettre la pérennité de la ressource ni l’atteinte des objectifs d’aménagement durable des forêts.

« Nous venons de compléter une première partie de nos analyses portant sur quelques territoires forestiers de la province.  Le travail a été réalisé par notre équipe d’analystes en fonction des informations disponibles. De plus, certains éléments tels que les récents feux de forêt, la nouvelle limite nordique des forêts attribuables, les aires protégées en cours de désignation et la présence de la tordeuse des bourgeons de l’épinette ont été pris en compte dans notre détermination des volumes de bois disponibles », souligne Louis Pelletier, Forestier en chef.

Pour connaître les détails de la première décision du Forestier en chef concernant le volume de bois à nouveau disponible par unité d’aménagement, consultez le document  Volume de bois non récolté de la période 2013-2018 disponible pour la période 2018-2023 – 1ère détermination