Le Forestier en chef annonce la formation du comité consultatif sur le processus de validation des résultats du calcul des possibilités annuelles de coupe

Roberval, le 26 mai 2006 –  Le Forestier en chef du Québec, M. Pierre Levac, annonce la formation d’un comité consultatif qui secondera l’équipe de spécialistes du Bureau du Forestier en chef dans le processus de validation des résultats du calcul des possibilités annuelles de coupe. La formation de ce comité fait suite à la décision du Forestier en chef, du 9 mars 2006, d’imposer un processus de validation des résultats lorsque ceux-ci lui seront transmis en juin prochain par l’équipe du secteur Forêt Québec du ministère des Ressources naturelles et de la Faune.

Le mandat du comité consultatif est de conseiller le Forestier en chef sur les analyses qui lui seront soumises sur les résultats du calcul des possibilités annuelles de coupe, le tout selon des règles scientifiques et professionnelles rigoureuses. Ce comité sera composé de M. Éric Bauce, Ph.D, ing.f,, de M. Michel Duchesneau, M. Sc, ing.f. et de M. Roger James Roy, Ph. D., ingénieur forestier agréé.

« Les personnes ressources qui feront partie du comité consultatif ont été choisies en fonction de leurs connaissances particulières dans le domaine. Provenant d’horizons différents et reconnus dans leur milieu, ces spécialistes possèdent une expérience diversifiée dans le secteur forestier. Leur contribution constituera un atout appréciable dans le processus de validation qui revêt une grande importance pour assurer l’avenir de la forêt québécoise », a tenu à souligner M. Levac.

Lorsqu’il aura en main les résultats préliminaires du calcul des possibilités annuelles de coupe, le Forestier en chef amorcera le processus de validation. Celui-ci s’articulera autour de la définition de critères précis à évaluer et sur un processus strict de révision.

Le respect de la possibilité annuelle de coupe à rendement soutenu est l’un des grands principes du régime forestier du Québec. Cette possibilité représente le volume annuel de bois maximum que l’on peut prélever à perpétuité sur un territoire donné, sans en diminuer les capacités de production. Le Forestier en chef a, entre autres, la responsabilité de calculer les possibilités annuelles de coupe à rendement soutenu, de transmettre les résultats au ministre pour que celui-ci puisse faire les attributions ligneuses.