Possibilités forestières – Nord-du-Québec

Le Forestier en chef détermine le niveau maximal de récolte annuelle de bois pour la période 2023-2028

Citation du Forestier en chef, Louis Pelletier, ing.f.

« Le niveau de récolte annuelle de bois de la période 2023-2028 que j’annonce aujourd’hui respecte la capacité de renouvellement de la forêt tout en permettant de maintenir l’ensemble des bénéfices environnementaux, sociaux et économiques qu’elle procure à tous les utilisateurs. »

Roberval, le 17 novembre 2021 — Le Forestier en chef, monsieur Louis Pelletier, annonce les nouvelles possibilités forestières qui entreront en vigueur à compter du 1er avril 2023 dans la région du Nord-du-Québec.

Les possibilités forestières correspondent au volume maximal des récoltes annuelles de bois qui peut être prélevé en forêt publique. Elles sont déterminées par le Forestier en chef à tous les 5 ans, pour chaque région et pour chaque type d’essence forestière.

Des informations de plusieurs provenances dans les travaux du Forestier en chef

Élément pivot visant à assurer la pérennité de la forêt, le calcul des possibilités forestières est réalisé sur la base des données récentes de l’inventaire forestier. Il tient compte également des informations les plus à jour sur l’état de la forêt, son évolution et son utilisation. Les mesures de protection territoriale et faunique de même que les travaux d’aménagement forestier prévus au cours de la période 2023-2028 sont également considérés au calcul des possibilités forestières.

Baisse de 6 % des possibilités forestières pour la région du Nord-du-Québec à compter du 1er avril 2023

À compter du 1er avril 2023, les possibilités forestières pour la région du Nord-du-Québec seront établies à 4 122 900 mètres cubes de bois annuellement, toutes essences confondues. Il s’agit d’une baisse globale de 6 % par rapport aux possibilités forestières en vigueur actuellement.

Des éléments particuliers à la région du Nord-du-Québec ont été considérés dans les travaux du Forestier en chef. Les principaux sont la mise à jour du territoire destiné à l’aménagement forestier, l’utilisation des inventaires forestiers les plus récents, la prise en compte de L’Entente concernant une nouvelle relation entre le Gouvernement du Québec et les Cris du Québec et l’intégration de nouvelles aires protégées. Le Forestier en chef a considéré le retrait d’une superficie d’environ 155 000 hectares de paysages paludifiés. De plus, il a pris en compte la récurrence des feux de forêt dans la région du Nord-du-Québec et le plan de rétablissement de l’habitat du caribou forestier actuellement en vigueur.

Travaux sylvicoles requis pour maintenir les possibilités forestières

Le calcul des possibilités forestières requiert également la réalisation de travaux sylvicoles. En plus de la récolte de bois, des travaux de reboisement, de dégagement des plantations et d’entretien de peuplements naturels doivent être réalisés sur une période de 5 ans. Ces travaux prévus à la stratégie d’aménagement nécessitent un budget annuel de l’ordre de 24 M$.

La région forestière du Nord-du-Québec occupe une superficie de 8 121 460 hectares dont 57 % est exclue de la récolte forestière en raison de la présence de territoires protégés, de milieux humides ou non forestiers.

Le calcul des possibilités forestières : une responsabilité du Forestier en chef

Depuis 2005, le calcul des possibilités forestières est une responsabilité confiée au Forestier en chef. Cette fonction est dotée d’une indépendance de mission en vertu de la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier.

Au terme de chaque période quinquennale, les possibilités forestières peuvent être reconduites, faire l’objet d’une hausse ou d’une baisse afin de refléter les informations les plus récentes sur l’état de la forêt et son utilisation.

Pour obtenir plus d’informations au sujet des possibilités forestières de la région du Nord-du-Québec et celles des autres régions du Québec, consultez le site Internet du Forestier en chef au www.forestierenchef.gouv.qc.ca.